Laurent Cantet

par  Claude Quétin année 2006, bulletin n°18

Passionné de photo et de cinéma, il en a découvert les charmes au ciné-club de Chef- Boutonne puis à celui de la FLEP rue de la gare ; il est resté très attaché à Chef-Boutonne et a présenté des films au ciné-club de cette ville animé par Yves Bonneau.

Fils d’enseignants, Laurent Cantet est né à Ardilleux près de Chef-Boutonne, en 1961 ; il y a été scolarisé en maternelle puis en primaire jusqu’à son départ pour Niort où il a poursuivi ses études au collège Pierre et Marie Curie puis au lycée Jean Macé.

Etudes universitaires à la faculté d’Aix-Marseille en section photo avec obtention d’une maîtrise avant d’intégrer l’IDHEC en 1984, d’où il sort diplômé en 1986 avec un film de fin d’études intitulé « Chercheurs d’or ».

Il a ensuite tourné pour la télévision un documentaire sur la guerre du Liban ( « Un été à Beyrouth » en 1990 ) avant de travailler comme assistant-réalisateur sur « Veillées d’armes » de Max Ophuls.   

Il s’est fait remarquer plus particulièrement à propos de deux courts métrages sur des thèmes qui lui étaient chers, la lutte des classes dans « Tous à la manif » qui a obtenu le prix Jean Vigo en 1995 et les liens familiaux dans « Jeux de plage ».

            Après avoir réalisé en 1999 pour Arte « Les sanguinaires », il tourne avec le soutien de cette chaîne son premier long métrage de cinéma, « Ressources humaines », qui a remporté le succès que l’on sait et qui a été couronné par deux César ; il y parle à la fois des rapports sociaux  dans une usine et des rapports père-fils.

            Comme il le fera ensuite pour chacun de ses films, il viendra le présenter lui-même au ciné-club de Chef-Boutonne et au Moulin du Roc à Niort, retrouvant par la même occasion ses amis d’enfance.

 


Affiche du film « Vers le sud »

Son deuxième grand film, « L’emploi du temps » est primé à Venise en 2001, il y raconte l’histoire de ce mythomane qui se faisait passer pour médecin travaillant à l’ OMS à Genève.

            Son troisième long métrage « Vers le sud », lui aussi présenté à la Mostra de Venise, se passe à Haïti ; Charlotte Rampling tient le rôle principal de ce film qui « met en regard la misère sociale des uns et la misère sexuelle des autres » comme il le dit lui-même.

            Actuellement, Laurent travaille avec François Bégaudeau, lauréat du premier prix « France culture – Télérama » pour son livre « entre les murs ». Ce professeur de collège d’un quartier « difficile » de Paris a voulu traduire la vie d’une classe actuelle à partir de faits vécus au quotidien.

            Ils essayent tous les deux d’adapter les dialogues pour réaliser un film sur ce sujet en 2007.